08.03.2015 / Articles / Formation & travail /

Égalité salariale – Discours de Babette Sigg

Mesdames et Messieurs,

Ce n’est pas si souvent que les femmes de tendance bourgeoise et libérale participent à une telle manifestation. Ensemble, les femmes ont déjà obtenu beaucoup de choses, mais il manque encore une chose essentielle : l’égalité salariale.

L’égalité salariale n’est pas une obscure exigence des féministes ! L’égalité salariale concerne toutes les femmes actives professionnellement, des plus à gauche aux plus à droite. La discrimination salariale, avec ses conséquences financières à la retraite, touche aussi les femmes bourgeoises. Nous aussi, femmes bourgeoises et libérales , nous refusons avec force la discrimination salariale. Nous aussi, femmes bourgeoises et libérales , nous perdons patience, lentement, mais sûrement.

J’ose le dire, Mesdames et Messieurs: l’inégalité salariale n’est une peccadille. L’égalité salariale n’est pas non plus juste une « bonne action » à l’égard des femmes. Ce n’est pas un « su-sucre » qu’on leur donne, l’égalité salariale est inscrite dans la loi. L’inégalité salariale ne respecte pas notre Constitution. Oui, notre Constitution a prévu cela depuis plus de 30 ans…et la loi sur l’égalité oblige, depuis plus de 20 ans, tous les employeurs à éliminer la discrimination salariale.

C’est honteux que nous devions, aujourd’hui, en 2015, descendre dans la rue et lutter pour obtenir partout l’égalité salariale.
Des contrôles étatiques sont pour nous, femmes bourgeoises, un scénario catastrophe. Mais maintenant il n’est plus temps d’attendre que les entreprises prennent cette exigence au sérieux. On peut considérer que le dialogue sur l’égalité salariale a échoué. Nous soutenons l’idée de la création d’une « Commission pour l’égalité ».

La présence de si nombreuses organisations différentes aujourd’hui montre combien le sujet est brûlant.

Femmes de droite et de gauche ensemble nous sommes fortes !